Bar Bootlegger
Blog Le whisky Japonais sera soumis à de nouvelles lois
christ desjardins whsiky japonais bootlegger montreal

Le whisky Japonais sera soumis à de nouvelles lois

Les whiskys Japonais ont gagné en popularité depuis les dix dernières années, ils ont passé d’une chose inexistante dans notre imagination à l’une catégorie de whisky les plus prisé par les amateurs de whisky. Les ventes ont explosé à travers le monde tout comme les médailles remportées dans les différentes compétitions de spiritueux. Nikka ainsi que Suntory sont maintenant des noms bien connu des consommateurs et chaque année on voit plusieurs nouvelles bouteilles arriver au Québec.

Il y a 4 ans au bootlegger, la demande pour les whiskys japonais était minime. Les gens étaient plutôt curieux d’essayer et même parfois hésitant à leur donner une chance. On a été les premiers témoins de la popularité grandissante de ses produits alors que les clients étaient de plus en plus intéressés mais surtout de plus en plus connaisseurs. On a rapidement dépassé le stade « d’informer le client » à accueillir des clients qui en connaissaient autant que nous. D’ailleurs, nous avons eu à rapidement diversifié notre sélection, en passant de seulement 2 bouteilles à maintenant plusieurs dizaines afin de répondre à la demande.

L’histoire du whisky au Japon est très intéressante, de son introduction par les Américains il a presque 200 ans jusqu’à l’atteinte d’une reconnaissance international de plusieurs distilleries. En effet, même si les Japonais s’inspire énormément des Écossais dans leur style de Whisky, ce sont les américains qui ont introduit cet alcool au Pays. En 1853, le Japon était encore isolé du monde sous l’ère Edo, une dictature militaire qui a débuté vers les années 1650. C’est un dénommé Matthew Parry, commodore de la marine Américaine qui a forcé son entré en stationnant ses bateaux de guerre dans la baie de Tokyo. C’est à partir de ce moment que le Japon est tombé dans le piège comme nous tous et que le whisky fessait dorénavant partit de leur vie.

En 1923, la première distillerie de whisky au japon voit le jour avec Shinjiro Torii à sa tête et maintenant aux mains de Suntory cette distillerie est toujours active. Cependant, les historiens stipulent que le savoir et les techniques de distillation du whisky ont été introduite au Japon par un jeune chimiste du nom de Masataka Taketsuru. Ce dernier qui fondera plus tard la distillerie Nikka, part en écosse en 1918 alors qu’il est âgé seulement de 24 ans. Surnommé « Le Père du Whisky Japonais », il étudie à l’université de Glasgow et revient 2 ans plus tard au pays afin d’accomplir son rêve de produire un whisky Japonais.

Bref, on pourrait discuter pendant des heures à propos de l’histoire et l’évolution du whisky au Japon, mais ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est ce qui s’est passé le mois dernier.

La monté fulgurante en popularité du whisky Japonais a rapidement eu raison des inventaires des distilleries. Face à quoi, les compagnies ont dû trouver des solutions pour remédier au manquement mondial. Plusieurs déploraient déjà le manque de régulations dans la production ainsi que ce qui devait caractériser le de Whisky au Japon. C’est le 12 février 2021 que le gouvernement Japonais décide de resserrer les règles concernant l’étiquetage des bouteilles et plusieurs bouteilles qu’on aimait tant ne rencontrera pas la norme. Les distilleries déjà en fonction auront jusqu’au 31 mars 2024 pour faire la transition mais certaines d’entre elles ont déjà modifié leur site web. À la plus grande tristesse des fans, le Nikka From the Barrel se retrouve dans cette liste de ceux qui ne répondre pas aux nouvelles règles.

Cette réforme aborde 5 éléments de la production de whisky, soit ; la matière première, la production incluant la fermentation et la distillation, le vieillissement, l’embouteillage et finalement l’ajout de colorant.

Vous pouvez trouver de plus amples informations au lien suivant;

Reste à voir comment le tout va évaluer et si la magie autour du whisky japonais va rester. C’est la seule chose qui m’inquiète en fait, j’ai peur qu’on se rende compte que ce qu’on pensait savoir était seulement de la poudre aux yeux.
C’était une chose régulière pour nous d’avoir peu d’explication sur les procédés donc je ne m’étais jamais vraiment pausé de question. Dans les dernières années, nous avons eu plusieurs formations sur le whisky Japonais auxquels ils étaient toujours ardus d’avoir des informations approfondies. Du moins, nous pourrons tous convenir qu’on n’a jamais eu les mêmes explications que les distilleries d’Écosse, Irlandaise et Américaine. Par contre, on peut définitivement s’entendre sur le fait qu’ils sont très fiers d’exercer leur art et je crois personnellement qu’on peut s’attendre encore au meilleur provenant des distilleries Japonaises. L’industrie du Whisky a subit plusieurs revers au courant des dernières décennies et a toujours su s’ajuster ou se réinventer. Le whisky Japonais ne fait pas exception, ils ont déjà prouvé dans le passé qu’ils étaient capables de se relever d’épreuves et chutes beaucoup plus grandes. Selon moi, que le Whisky Japonais ne perdra pas son prestige à l’international et il continuera sur cette lancée flamboyante pour encore plusieurs années.

christ desjardins whsiky japonais bootlegger montreal whisky
Le whisky Japonais sera soumis à de nouvelles lois

Bar Bootlegger,

3481 St Laurent Blvd 2F, Montreal, Quebec H2X 2T6

-
Monday Close
Tuesday 17h00–0h00
Wednesday 17h00–0h00
Thursday 20h00–3h00
Friday 17h00–3h00
Saturday 18h00–3h00
Sunday 18h00–0h00